16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 10:00

a-St-Etienne-les-Orgues.jpg

Les Rencontres Musicales ont ouvert la saison avec 


   Lisa Immer (violon)

  Sebastian Wohlfarth (alto)

  Gesine Queyras (violoncelle)

             (membres du quatuor "Salagon")

  et avec Sarah Immer (violon) et Florian Schüle (clarinette),

dans des oeuvres d e  J. N. Hummel , Markus Halt et W.A.Mozart

 

"Voici le lien vers un dossier “PICASA” qui présente une sélection des photos prises par Christine lors du très beau concert du 14 avril à Saint-Etienne-les-Orgues...

Merci aux musicien(ne)s pour ces excellents moments."

Christine et Marc

 

 

"La médiathèque du village a accueilli plus de 120 auditeurs pour ce concert de printemps programmé dans le cadre des concerts hors saison estivale soutenus par la Communauté de Communes Forcalquier-Montagne de Lure.

Les musiciens, venus d’Allemagne, étaient, pour trois d’entre eux (Lisa Immer au violon, Sebastian Wohlfarth à l’alto et Gesine Queyras au violoncelle) membres du Quatuor Salagon fondé par la violoncelliste et maintenant bien connu du public local pour s’être produit plusieurs fois dans le pays (à Salagon, Niozelles et Limans entre autres). Le second violon était confié à Sarah Immer-Wolters (sœur de Lisa) et, pour deux des œuvres présentées, s’était joint au quatuor le clarinettiste Florian Schüle , clarinette solo dans plusieurs orchestres allemands (Pforzheim, Baden-Baden...).

Le programme comportait trois œuvres et, souligné par Jean-François Queyras dans sa présentation, il n’avait pas subi de modifications de dernière minute comme cela arrive parfois (souvent ?) et pas seulement avec les musiciens des Rencontres.

-Johann Nepomuk (eh oui !) Hummel (1778-1837) dont a été joué le Quatuor pour cordes et clarinette, n’est certainement plus aujourd’hui apprécié à sa juste valeur ni beaucoup interprété. Il fut pourtant l’élève de Mozart pendant deux ans, puis de Salieri, et devint, comme Mozart avant lui, un enfant prodige du piano se produisant un peu partout en Europe. Pianiste virtuose, il se confronta à Beethoven dont il fut à la fois le rival et l’ami. Et en 1804, il succéda à Haydn chez le prince Esterhazy… Son quatuor en quatre mouvements exige parfois une grande virtuosité des interprètes et, dans l’Andante du 3ème mouvement, a des accents très mozartiens. Nos invités en ont donné une interprétation brillante et très enlevée.

-La seconde œuvre au programme était très contemporaine puisque composée en 2008 par Markus Halt, vivant à Freibourg-im-Breisgau où, en plus de son implication en tant que compositeur et pianiste, il exerce la profession de médecin-radiologue. Ce soir-là, il nous a fait la surprise –et l’honneur- d’être présent dans le public pour assister à l’exécution de sa composition et féliciter les  musiciens. L’œuvre s’intitule « Tango » pour quatuor à cordes. Il s’agit vraiment d’un tango aux rythmes très argentins, peut-être un peu influencé par Piazzola (mais la référence n’est pas déshonorante !), faisant appel à la fois à la virtuosité des cordes et aux percussions sur cordes et bois des instruments.

-Le Quintette pour clarinette et cordes K 581, appelé aussi par Mozart « Quintette Stadler » du nom du clarinettiste créateur de l’œuvre, a été composé en 1789.  C’est pour Mozart une période difficile moralement et financièrement : maladie de Constance, désaffection du public, raréfaction des concerts et des commandes (le « Cosi fan tutte » commandé par Joseph II faisant exception).Il travaille énormément malgré tout mais surtout en musique de chambre  (« d’intimité »*) : piano solo, trio, quatuor et quintette.  *Une œuvre brille alors de tout son éclat au firmament mozartien, c’est ce quintette. Perfection qui est un aboutissement, un parachèvement : plus aucune place ici pour le discours, et pourtant quelle ampleur mélodique ! (... ) Jamais encore…la poésie mozartienne n’avait atteint…une telle incandescence…* (extraits du Mozart de Jean-Victor Hocquard, Le Seuil, 1994).

Bravo et merci aux musiciens de nous avoir fait goûter et apprécier cette poésie empreinte parfois de mélancolie, car il est des musiques qui vous prennent au cœur, vous submergent d’émotion et ce quintette en fait partie."
Jacques Mougel
Publié par rencontresmusicales - dans Les concerts des Rencontres