1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 08:50

 Serena-Favre.jpg

danse-

 

Fille de danseuse, Séréna entre dans un studio de danse dès son plus jeune âge.

Commençant par un apprentissage en Danse Contemporaine, avec un travail approfondi sur l’Espace, la Musicalité et la conscience du corps elle découvrira par la suite d’autres disciplines qui ne feront qu’enrichir sa Danse (technique Body Mind Centuring, Capoeira, Danse classique, Danse Indienne, Théâtre, Hip Hop…)

Elle sera rapidement engagée comme interprète pour différents projets au sein de compagnies diverses.

 

Elle est tout d’abord une des danseuses de la compagnie T’emoi, collectif d’artistes de la région PACA, venant d’horizons et d’univers tous aussi riches et différents les uns que les autres. Cette compagnie (www-compagnie-temoi.com) se produit pour des festivals ou dates ponctuelles et crée des spectacles autant pour le jeune public que pour le tout public.

Privilégiant des projets inter-culturels et travaillant sur des thématiques variées et symboliques telles que les frontières, l’errance, les racines, la filiation… la compagnie « T’emoi » obtient en 2007 une résidence au Maroc où leur spectacle, dans lequel Séréna danse, sera joué plusieurs fois.

La Compagnie travaille actuellement  sur un projet entre Danse Indienne et Danse Contemporaine, une création qui crée un pont entre modernité et tradition. Séréna est une des interprètes principales de ce spectacle. La Compagnie  prévoit de faire tourner celui-ci en Inde.

 

Séréna a travaillé également avec d’autres compagnies, la première étant la compagnie « C’est pas nous » une compagnie inter-universitaire qui se produira à Aix-en-Provence, Poitiers, Marseille…

Elle intégrera ensuite le collectif « Commun echo » de Marseille et fera plusieurs résidences au KLAP et également une présentation de leur travail dans ce lieu dédié à la Danse et dirigé par Michel Kéléminis.

 

Aujourd’hui elle travaille les percussions corporelles mêlées à la danse au sein  d’ « Hippo Project » une création mis en scène par la danseuse et chanteuse Sibonguilé Mambo. Ces diverses expériences lui permettent de traverser de nombreux projets : croisement de pratiques artistiques, stages professionnels, résidences à l’étranger, ateliers pédagogiques…

En parallèle à ce travail de création, l’envie de transmettre est pour elle une évidence.

Elle intègre alors une formation professionnelle aux Studios du Cours à Marseille et obtient son EAT puis son diplôme d’Etat, ce qui lui permet d’enseigner aujourd’hui au sein d’écoles de danse différentes, à Pierrevert, Aix-en Provence, Château Arnoux et Marseille.

Séréna continue de se former auprès d’artistes et enseignants qui nourrissent son travail, ainsi Véronique Larcher, Nicole Vivier, German Jauregui, et les différents intervenants de l’école de PARTS à Bruxelles font partie de son panthéon de formateurs. Elle continue un travail régulier avec ces différents intervenants et se rend souvent à l’étranger afin de suivre leurs master-class.

Publié par rencontresmusicales - dans Musiciens
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 08:35

Lea-Favre.jpg

 

danse-


Léa commence son parcours de danseuse avec la Danse Contemporaine à l’âge de 7 ans. Elle goûte également à la Danse Classique puis à la Danse Orientale avant de rencontrer la Danse Indienne au cours d’un voyage en Inde du Sud.

 De retour en France, elle se forme activement auprès de professeurs de différents styles : Bharata Natyam, Bollywood, Odissi… tout en continuant son parcours Universitaire en Master de Cinéma et en intégrant une Ecole de Comédienne (Cours A.Simon à Aix-en-Provence).

La danse trouvera une juste place au sein des différents rôles qu’on lui propose au travers de  projets divers, pièces de théâtre et court métrages.

Ainsi elle mêle souvent la danse à sa pratique théâtrale et rencontrera d’ailleurs plusieurs rôles où danse et comédie sont inextricablement liées (elle jouera notamment un mois pendant le festival d’Avignon dans une pièce d’Adel Hakim qui mêle danse et texte et dans plusieurs autres projets audiovisuels pour lesquels elle crée différents soli).

 

Elle se perfectionne en Odissi (Danse du Nord Est de l’Inde) au coté d’Anne Claire Feybesse, professeur à Marseille,  ce qui lui permettra de retourner en Inde où elle rencontre une grande danseuse et chorégraphe d’Odissi, Madhumita Patnaik, avec laquelle elle entame un apprentissage traditionnel et rigoureux en cours particuliers.

 

Elle a suivi pendant plusieurs mois la formation Tétraccord à Marseille avec des modules théoriques et pratiques en Histoire de la Danse et de la Musique ainsi qu’un enseignement Pédagogique et des cours d’Anatomie. Cette formation était encadrée notamment par Marie-Hélène Desmaris, Miguel Nosibor, Virginie Recollin…

Elle a obtenu une certification et a été diplômée en Décembre 2011 comme Formatrice en Danse.

 

Elle enchaîne ensuite avec une formation dans l’école du Grenier du Corps à Marseille dirigée par Véronique Larcher, et reçoit à cette occasion une certification de stage en « Pédagogie, Anatomie et Analyse du Mouvement ».

 

Elle anime aujourd’hui des Ateliers de Danse Indienne pour enfants, adolescents et adultes dans les Alpes de Haute Provence. Elle a également participer à plusieurs interventions en milieux scolaires notamment dans le cadre de Crok Livres, festival jeunesse en région paca (Forcalquier), ainsi que dans des centre aérés à l’occasion des Découvertes du Monde.

 

Depuis quelques années déjà, elle fait partie de la Cie de Danse Contemporaine T’émoi, (www.compagnie-temoi.com) qui propose des croisements artistiques et culturels, où elle apporte une forme de métissage au sein des diverses créations.

 

En 2011 elle a participé à une création de Sylvie Guillermin dans le cadre d’un spectacle –joué au Théâtre du Cadran à Briançon- sur le croisement entre danse indienne et danse contemporaine.

Ce croisement a permis à Léa de travailler en étroite collaboration avec Sylvie Guillermin et Jyoti (Josiane Sarrazin - danseuse de Bharata Natyam) présente sur le projet pour assurer la partie danse traditionnelle.

 

 

Elle souhaite aujourd’hui orienter ses ateliers davantage autour du métissage des styles, entre modernité et tradition, en accord avec son parcours artistique.

Publié par rencontresmusicales - dans Musiciens
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 16:13

Michael-26-07-2011-23-07-07.jpg

 

compositeur

 

Né à Genève le 8 octobre 1958, Michael Jarrell étudie la composition dans la classe d'Eric Gaudibert au Conservatoire de Genève et lors de divers stages aux Etats-Unis (Tanglewood 1979). Il complète sa formation à la Staatliche Hochschule für Musik de Freiburg im Brisgau, auprès de Klaus Huber.Depuis 1982, son œuvre a reçu de nombreux prix : prix Acanthes (1983), Beethovenpreis de la Ville de Bonn (1986), prix Marescotti (1986), Gaudeamus et Henriette Renié (1988), Siemens-Förderungspreis (1990).

Entre 1986 et 1988, il séjourne à la Cité des Arts à Paris et participe au stage d'informatique musicale de l'Ircam. Il est ensuite pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 1988/89, puis membre de l'Istituto Svizzero di Roma en 1989/90.

D'octobre 1991 à juin 1993, il est compositeur résident à l'Orchestre de Lyon. Depuis 1993, il est professeur de composition à l'Université de Vienne. En 2001, le festival de Salzbourg lui passe commande d'un concerto pour piano et orchestre intitulé Abschied. La même année, il est nommé Chevalier des Arts et des Lettres. En 2004, il est nommé professeur de composition au conservatoire supérieur de Genève.

Le style concertant continue de lui fournir une matière d'inspiration : ...un temps de silence... est créé à Genève en mars 2007 par Emmanuel Pahud et l'Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Heinz Holliger. Nachlese III, double concerto pour clarinette, violoncelle et orchestre a été créé à Cologne. L'Orchestre de la Suisse Romande créé en 2009 ...Le ciel, tout à l'heure encore si limpide, soudain se trouble horriblement... sous la direction de Marek Janowski.

Son opéra Galilei, d'après La Vie de Galilée de Brecht, commande du Grand Théâtre de Genève, a été créé en janvier 2006. L'opéra de chambre Cassandre, créé en 1994 au Châtelet à Paris poursuit une carrière internationale dans des traductions en allemand, anglais, espagnol, finlandais, russe...

Publié par rencontresmusicales