Frédéric Lagarde aux Cordeliers.

  Interview de Radio Zinzine sous les arcades des Cordeliers, le vendredi 27 juillet 2018.

Interview de Radio Zinzine sous les arcades des Cordeliers, le vendredi 27 juillet 2018.

 
 

« Verbatim » extrait de l’entretien à Radio Zinzize du vendredi 27 juillet

Question à Frédéric Lagarde :

-        Peux-tu parler de tes rencontres avec d’autres musiciens et des choses qui se sont passées aux Rencontres Musicales depuis 30 ans ?

Je peux d’abord évoquer le Trio Dumky que je forme depuis bientôt 20 ans avec Véronique Marin et Pierre-Olivier Queyras. C’est une des aventures musicales les plus importantes de ma vie. On a partagé tellement de choses, tellement de répertoire, on a passé tellement de temps ensemble à se poser des questions sur la musique, à voyager, à jouer... ! Et il y a toutes les rencontres qu’on peut faire ici, tout ce qu’on peut apprendre. On parlait de transmission avec Marie-Line et avec Jean-François Queyras puisqu’il y a maintenant 3 générations de Queyras  présentes au festival !

 En réalité, ce festival et les gens que j’ai rencontré ici, c’est la partie la plus importante de ma vie musicale tout confondu, parmi toutes les expériences que j’ai pu vivre depuis que j’ai commencé la musique à l’âge de 7 ans. Rien ne m’a apporté autant que ce festival avec sa générosité, avec son talent car il y a un concentré de talents presqu’inédit quand on regarde tous les musiciens, tous les gens qui sont autour des musiciens, les bénévoles qui font le festival derrière et à côté de la scène, tout ce que ces gens transmettent à longueur de temps...

 D’un point de vue particulièrement musical : on m’a plusieurs fois demandé dans les medias avec qui j’avais travaillé le piano, etc... Et j’ai un peu occulté parce que, finalement, mes vrais professeurs de musique, ce sont les musiciens avec qui je partage mon temps ici. C’est un rendez-vous annuel qui permet de faire le point depuis 19 ans sur ce que j’ai fait, en quoi j’ai progressé par rapport à l’année précédente, quels sont les objectifs étant donnés les musiciens somptueux que je peux rencontrer ici chaque année, quelles peuvent être les perspectives que je peux me fixer pour l’année suivante.

 Tous ces repères, tout ce qu’on m’a transmis avec tellement de talent et de générosité ici font que cet endroit, ce festival est le lieu musical le plus important de ma vie et je ne peux pas imaginer qu’un jour, un autre festival puisse avoir pour moi autant de poids.

 Alors du fond du cœur, merci. Merci à ceux qui, entre autres, sont autour ce cette table, à ceux qui nous écoutent, à ceux qui font partie du festival. Ça a définitivement changé ma vie.

Retranscrit par Jean-François Queyras.